blog lifestyle
instagram-le-blog-de-celine

faire le tour du mont blanc

mon avis sur cette expérience unique

TMB

C'est le fameux Tour du Mont Blanc dont il s'agit aujourd'hui.

Ce tour mythique, l'un des plus populaires d'Europe.

Cela fait quelques temps que je réfléchissais à le faire.

Quelque peu gênée par sa fréquentation, je l'avais mis de côté et puis j'y suis revenue.

 

Il ne s'agit pas de gravir le plus haut sommet d'Europe mais, comme son nom l'indique, d'en faire le tour.

En passant par la Suisse, l'Italie et la France, ce sentier circulaire s'abandonne dans de magnifiques vallées et se déploient à plus de 2600 mètres d'altitude.

 

Au cours de ces 150 km de marche, j'ai eu à voir des paysages saisissant de beauté, des dénivelés journaliers jamais atteints encore.

Car avec des montées de plus de 1800 mètres (lors de la septième étape par exemple), j'ai du apprendre à gérer mon effort et mon souffle. Mon mental, lui, n'a jamais flanché.

 

Les jours, et même les semaines, qui ont précédés ce départ, ont été ponctués de quelques interrogations. 

Je me suis tout simplement demandée si j'allais pouvoir y arriver.

Ce trek sollicite énormément les jambes en montée (11 446 mètres +), mais également en descente. Car 12 249 mètres de dénivelé négatif, en 9 jours, sont une épreuve pour les genoux.

 

J'ai décidé de réaliser ce tour mythique avec mon compagnon de marche de toujours, celui qui m'a porté sur son dos avant même que je sache mettre un pied devant l'autre. 

C'est, bien entendu, de mon père dont il s'agit. Mon père, qui a plus de 70 ans, révèle toute la force que peuvent posséder certains "anciens". Vous savez, ces anciens dont on parle parfois comme des forces de la nature, ceux qui résistent aux vents, aux tempêtes et aux orages. Et bien, il fait parti de ceux là. 

 

Si la France offre bien des sentiers de randonnées, celui-ci est cher à mon coeur, comme peut l'être la Grande Traversée du Mercantour.

J'avais 10 ans quand je me suis rendue la première et l'unique fois à Chamonix, c'était en 1992. 

J'en ai un souvenir assez perceptible car les jeux olympiques se déroulaient à Albertville pendant l'hiver et cet évènement avait laissé des traces dans la région.

 

J'ai baigné, durant ce séjour, dans la rudesse des montagnes qu'offrent les Alpes du Nord. Consciente que le plus haut sommet de France planait au-dessus de ma tête, je rêvais de sentiers escarpés. Allongée dans l'herbe du camping municipale qui faisait office de "camp de base", je me disais que je reviendrai.

 

Et longtemps, j'ai voulu y revenir. A deux reprises, cela ne s'est pas fait. Alors, je me suis fait patiente, en me disant qu'un projet émergerait dans ce coin là bientôt.

Et c'était hier. Je passe la porte et je déverse sur l'écran de l'ordinateur ces quelques phrases qui feront office d'introduction aux photos qui vont suivre.

 

Certaines sont parvenues sur la toile, en captant ce qu'il y avait de réseau, en allant chercher, au fond d'une vallée, le relais vous offrant une publication.

Merci de nous avoir suivi encore une fois cette année.

Cela n'a pas été tous les jours faciles, souvent la pluie nous a pris dans son flot de gouttes froides, souvent le vent a saisi nos visages, le relief nous a demandé bien des efforts... 

 

Mais à l'image de ce que la vie peut offrir, nous avons surmonté, pas à pas, avec détermination, volonté, entraide et bonne humeur et nous sommes arrivés au bout...

Maintenant, c'est "repos" avant de repartir pour une nouvelle destination.

le blog beauté de celine

N'HÉSITEZ PAS À LAISSER UN COMMENTAIRE !