le blog de céline : nature

VIVRE EN PLEINE FORÊT

Au Québec, j'ai enfin eu droit à ma première semaine de vacances (si on ne compte pas celles de Noël).

Pour profiter de cette semaine bien méritée, j'ai décidé de partir quelques jours en pleine forêt, loin de tout...

 

Dans l'idée, les gens trouvent la démarche originale et très sympa :

"Oh toi Céline, tu as toujours pleins d'idées !"

"Tu es une aventurière !"

"Quel courage !"

"C'est une sacré aventure !"

 

Et puis, il y a les autres :

"Whaaaaaat ?!"

"Tu es folle ?"

"Personne ne fait ça !?"

"Pourquoi ?..."

 

Bref, je n'ai pas réussi à convaincre mes amis à l'idée de cohabiter pendant une semaine avec les cervidés, raquettes aux pieds.


dormir-dans-une-yourte-québec
dormir-dans-une-yourte-québec

quelles aptitudes ?

Bien évidemment, ce genre d'expérience exige quelques aptitudes élémentaires :

Ne pas craindre ni la solitude,

ni le silence,

ni le froid extrème.

Aimer la nature,

savoir faire un feu de bois.

 

Il faudra accepter de se détacher de toutes formes de dépendances modernes, telles qu'internet, la télévision, l'ordinateur, le téléphone, la douche, l'eau chaude, le micro-ondes, les toilettes...;)

Non, ne cherchez pas un code wifi au milieu de ce No man's land.

Vous êtes seul en nature, au milieu des sapins et vous réapprenez à vivre différemment, à apprécier les choses simples...

Mais au fait :

Pourquoi se détacher du confort moderne ?

Simplement pour se recentrer sur les choses importantes : ceux qui nous entourent.

Allumez une télé dans une maison et elle fait taire les discussions.

Mettez un écran dans les mains d'un enfant et on ne l'entend plus (oui c'est bien parfois, je sais...).

Les écrans nous absorbent, nous divertissent, nous instruisent et nous abrutissent aussi.

Dans les transports en commun, chacun déambule avec ses écouteurs sur les oreilles. Au cinéma, avant le lancement d'un film, les téléphones tout éclairés, illuminent la salle de projection.

Sans téléphone, sans internet, beaucoup se sentent coupé du monde.

Bon ok, c'était mon quart d'heure coup de gueule poussé du fin fond des bois québécois !


où vivre en forêt ?

C'est dans le parc national de la Jacques Cartier que j'ai décidé de me rendre.Ìl y a quelques années, j'ai découvert cet endroit magnifique l'été. Depuis, je m'étais promis d'y retourner l'hiver.

Le parc national de la Jacques Cartier se situe au dessus de la ville de Québec.

Ce parc offre un panorama incroyable sur la rivière Jacques Cartier et sur les montagnes québécoises. 

L'été, vous pourrez vous adonner à la randonnée dans tout le parc, pratiquer des descentes de kayak et peut-être même avoir la chance d'y croiser l'orignal.

L'hiver, les sentiers enneigés en raquettes vous ouvrent les bras ! 

Mais pas que : chiens de traineaux et balades en motoneige sont des loisirs très pratiqués.


la yourte : mon avis

Dormir dans une yourte, au milieu de la forêt québécoise, en plein hiver, est une vraie aventure !

Vivre en forêt est impressionant. La nuit, elle est intimidante.

 

Se lever au milieu de la nuit et s'extirper de son duvet pour aller faire pipi dans plus d'un mètre de neige à -30C° provoque de grandes tergiversations psychologiques :

 

"J'y vais, j'y vais pas, j'y vais, j'y vais pas...j'en peux plus, j'y vais..."

"Vas-y mets tes bottes, enfile ton pantalon, ta doudoune, ta veste, ton bonnet, tes gants, prends ton PQ...baisse ton froc sans mettre ton derrière dans la neige, fais viiiite (mais regarde quand même les étoiles...)"

et retourne te plonger dans ton duvet !

 

Il faut être déterminé mais que l'expérience en vaut le détour.

On se ressource, on apprend sur tous les plans et on vit intensément !

moins courageux ?

Vous pourrez aussi opter pour un chalet :

Infos pour louer un chalet : ICI !


idées de randonnées en raquettes

Jour 1 fastoche (facile) : le refuge Sautauriski

A partir du Centre d'interprétation et des services, longez la rivière Jacques Cartier jusqu'au refuge Sautauriski.

Si vous êtes en forme, poursuivez en faisant une boucle par Les Coulées.

Sinon revenez sur vos pas et bifurquez dans les bois au niveau des Erables en poursuivant ainsi sur le chemin de la Bétulaie, un bien joli sentier qui surplombe la piste prise au départ.

dormir-dans-une-yourte-québec

Jour 2 encore fastoche : la Tourbière

Départ directement des yourtes où vous partez pour une boucle, dénommée la Tourbière, d'environ deux heures dans la poudreuse.

C'est vraiment une très belle randonnée :

faire-de-la-raquette-au-Québec

Sentier la tourbière

Très belle randonnée ! p'tite vidéo, héhé...


Jour 3 : niveau moyen, de bonnes montées ! L'Eperon

Non loin de la randonnée précédente, la boucle de l'Eperon est de loin la plus attrayante au niveau des points de vues !

Je la recommande très vivement !

faire-de-la-raquette-au-Québec

des points de vues magnifiques !


Toi aussi, tu voudrais te prendre pour un trappeur, braver le froid, la neige et les tempêtes, alors je t'invite à cliquer ICI pour tout savoir sur les réservations et les tarifs !

Tu peux aussi opter pour des températures "plus humaines" et t'y rendre en été, au printemps...

Tu feras partie des "braves", comme me l'a dit un garde forestier du Parc quand il a appris que je restais la semaine !

 

Commentaires : 0